février 18, 2022

Imaginée par Peter Moore en 1985, la Air Jordan 1 est la silhouette la plus iconique de chez Nike. Première paire signature de Michael Jordan, la AJ1 a conquis le monde de la sneaker avec ses coloris les plus emblématiques, dont les fameux OG, qui se rééditent encore aujourd'hui. Abréviation de "original", le terme OG fait référence aux premiers coloris sortis pour un modèle de sneakers, par opposition aux coloris "rétro" qui sont des rééditions. Très appréciés par les passionnés, ces coloris se retrouvent sur la Air Jordan 1, la Air Jordan 4 et la Air Jordan 3, qui font partie des modèles emblématiques créés par Jordan Brand dans les années 80. Shadow, UNC, Bred… Ces coloris ont su s'imposer au fil des années, en devenant de véritables incontournables de la scène sneakers. Alors à l'occasion de cette semaine d'anniversaire consacrée au Goat, retour sur les 10 coloris les plus emblématiques de Jordan.


BRED

La première paire de Jordan qui voit le jour en avril 1985, arbore le coloris "Bred". Aux couleurs des Chicago Bulls, "Bred" est la contraction des coloris "black" et "red". Sortie pour la première saison de Michael Jordan avec les Chicago Bulls et considérée comme "illégale" par la NBAMJ reçoit des amendes de 5000$ par match, payées par Nike, à chaque fois qu'il porte la paire. Sortie au prix de 65$, elle est rééditée en 1994, 2001, 2009, 2011, 2013 et en 2016. Le nom de ce colorway a d'ailleurs été donné à plusieurs paires qui portent le même code couleur.

Marquée par son époque, la Bred est littéralement bannie des terrains de NBA, à cause de la fameuse "51 rule". Un règlement qui indique que les chaussures des joueurs doivent être assorties aux couleurs de leur équipe. Mais contrairement à la règle en vigueur, la Bred est composée de rouge et noir. Un coloris qui pose problème à la NBA, et qui explique les fameuses amendes reçues par MJ.

En transformant cette interdiction en opportunité marketing, la marque au Swoosh va créer une publicité au slogan percutant: "La NBA l'a interdit, mais rien ne vous empêchera de porter les nouvelles Air Jordan". Un slogan illustré par un visuel tout aussi percutant : la Bred cachée par deux rectangles noirs, qui lui vaudra le surnom de "Banned".


BLACK TOE

En reprenant également les couleurs de l'équipe de Michael Jordan, les Chicago Bulls, et de leurs maillots, cette paire sera portée par le Goat lors de ses matchs de NBA.

Portée par Michael Jordan lors d'un shooting, la Black Toe est aux origines du logo "Jumpman" connu de tous. Contrairement à la Bred qui était portée lors des matchs extérieurs, la Black Toe était quant à elle portée à l'occasion des matchs à domicile. Véritable classique, le coloris se décline aujourd'hui dans sa version Mid, Satin, et en collaboration avec le célèbre shop américain, Union.


WHITE BLACK

Moins colorée que les précédentes, ce coloris est un énorme succès dès sa sortie, grâce à ses couleurs neutres et épurées, qui n'ont rien à voir avec la Bred ou la Black Toe. Commercialisée avant le lancement de la saison 1985/1986 de NBA, elle est rééditée en 2008 et 2014.


SHADOW

À l'inverse des autres, ce coloris n'a jamais été porté par Jordan. Mais ses teintes noires et grises très faciles à porter, font de la Shadow un énorme succès. Sortie comme les autres en 1985, elle est rééditée en 2009, 2013 et 2018.


ROYAL BLUE

Issu du trio composé de la Bred et de la Shadow, le coloris Royal Blue occupe une place importante dans le cœur de Michael Jordan car c'est celui qu'il préfère. Bien qu'il n'ai jamais porté la "Royal" sur les terrains, c'est une des seules paires de la gamme qu'il portait lorsqu'il ne jouait pas. Elle forge également son succès grâce à la campagne de publicité Nike, où le Goat porte la paire sur les affiches. Elle est rééditée en 2001, 2013 et 2017.


CHICAGO

Seconde déclinaison de la gamme imaginée pour Michael Jordan, elle est très appréciée de ses fans, à qui elle doit son nom. Arborant la tunique des Chicago Bulls, c'est la paire la plus portée par His Airness lors de ses matchs officiels. Sanctionnée également par la NBA, elle a donné naissance à la "Bred Toe", et est rééditée en 1994, 2013, 2015 et 2017, notamment lors de la collaboration "THE TEN" avec Off-White.


UNC

Ce coloris doit son nom à l'université où MJ étudiait et a fait ses débuts dans le basketball à l'Université de North Carolina (UNC). Le blanc et le bleu clair font référence aux couleurs de l'école. Elle est rééditée en 2013, 2015 et 2018, également avec Off-White.


NATURAL GREY

En septembre 1985, Nike décide de se conformer aux exigences de NBA vis-à-vis des coloris. Sobre, le coloris Natural Grey n'est pas sanctionné par la NBA mais Jordan ne portera jamais la paire pendant ses matchs. Elle a été rééditée en 2021 et a troqué son nom "OG" pour "Neutral Grey". 


METALLIC RED

Nike a simplement remplacé le gris du coloris Natural Grey par un rouge métallique. Jamais rééditée dans sa forme originale, elle a cependant été déclinée de nombreuses fois sur d'autres modèles de Jordan, comme la Air Jordan 4.


METALLIC ORANGE

Sur le même principe que la Metallic Red, mais le rouge métallique a été remplacé cette fois-ci par du orange métallique. Elle a également été rééditée via des modèles différents, dont la Air Jordan 4 "Metallic Orange".

wethenew-jordan-metallic-orange

Pour en savoir davantage sur la marque qui a battu tous les records, retrouvez l'histoire de Jordan Brand, dès maintenant sur Le Blueprint.

Photos : @carlkho_ et TrenteTroisDegrés


wethenew-signature-bp-agathe


Articles qui pourraient vous intéresser

wethenew-yeezy-slide
10 paires pour l'été à moins de 250€

mai 21, 2022

Pour cette saison, chaussez-vous d'une paire stylée abordable.

Voir l'article entier
wethenew-virgil-abloh-shannon
Shannon Abloh nommée à la tête de Virgil Abloh Securities

mai 20, 2022

La femme de Virgil Abloh à la tête de sa "société créative".

Voir l'article entier
wethenew-louis-vuitton-air-force-1-exposition
Air Force 1 x Louis Vuitton, une exposition new-yorkaise pour l'occasion

mai 20, 2022

Un lieu immersif présentant les 47 itérations pensées par Virgil Abloh.

Voir l'article entier