avril 02, 2022

“Nous sommes dévastés de vous annoncer le décès de notre bien-aimé Virgil Abloh, un père profondément dévoué, un mari, un fils, un frère et un ami.” Voilà les mots qui ont annoncé la disparition tragique de Virgil Abloh à l’âge de 41 ans, le 28 novembre dernier. Après un combat contre une forme rare de cancer mené depuis 2019 dont seuls ses proches étaient au courant, le designer s’en est allé, laissant une trace indélébile partout où il est passé. Kanye West, Kendall Jenner, Clint419, Jacquemus... la culture toute entière a partagé sa tristesse après l’annonce de la tragédie. C’est à ce moment qu’on a commencé à comprendre à quel point Virgil Abloh a touché, de près ou de loin, tous ceux qui ont croisé sa route.

En plus d’avoir changé la culture à tout jamais, l’architecte de formation a bâti les fondations qui portent l’industrie de la mode aujourd’hui. Mais comment Virgil a-t-il marqué son époque ? Pour analyser l’impact du créateur sur la culture, nous avons fait appel à un trio de spécialistes composé du journaliste mode et sneakerhead Abou Séga, du designer Mikaël Barelaud Eludut aka "Mikado" et du cofondateur de Wethenew David Benhaïm. Des premières apparitions du designer à son ascension au sommet de la mode en passant par ses plus beaux coups d’éclat, cet édito rend hommage à la trace laissée par un génie parti trop tôt, “Virgil Was Here”.

Virgil just got here

Comme bon nombre d’icônes qui ont marqué leur époque, on se rappelle souvent de la première fois qu’on a croisé leur génie. Bien avant Off-White et Louis Vuitton, David se rappelle de l'influence de Virgil Abloh de la fin des années 2010, dans la culture hip-hop : “Je captais ce qui se passait parce que j’écoutais Kanye West. Je savais que Virgil Abloh avait fait la cover de Yeezus par exemple. (...) J’aimais beaucoup Pyrex, Been Trill, Hood by Air mais je ne mettais pas de visages dessus.” Tout comme David, c’est via la musique qu’Abou Séga a fait la connaissance du designer : “La première fois que j’ai entendu parler de Virgil Abloh c’était lorsqu’il avait réalisé la couverture de l’album commun des rappeurs Jay-Z et Kanye West ‘Watch The Throne’.”

Officiant alors en qualité de directeur artistique pour Kanye West, c’est lui qui a choisi Riccardo Tisci pour faire cette cover. Grimpant les échelons aux côtés de son ami de Chicago Ye, cette période est d’ailleurs symbolisée par une photo iconique gravée dans l’esprit de Mikado : “C’était en 2009, Kanye West à la Fashion Week de Paris avec son crew sur cette photo incroyable où ils sont tous vêtus d'une manière folle. Je me rappelle que Kanye portait ses sneakers en collab avec LV et une mallette Goyard.” Cette photo résonne encore plus fort quand on voit la trace que Virgil Abloh a laissée sur le monde et tous ceux qu’il a touchés.

Un avant et un après THE TEN

Virgil Abloh a changé la culture sneakers à tout jamais. Et cet impact trouve forcément sa source dans son accomplissement le plus fort dans l’industrie, le point de départ d’une nouvelle ère : THE TEN. Le cofondateur de Wethenew explique même que la genèse de la marketplace est liée à la collection : “Je pense que c’est devenu l’icône qu’on connait après Nike x Off-White. Nike x Off-White, ça m’a marqué au point de créer Wethenew, avec la traction que ça a eu, c’est vraiment ça. J’étais impressionné par la liberté que lui avait donnée Nike. (...) À l’époque il n’y avait pas encore de Air Jordan 1 Travis Scott. Ce qui est fou pour un connaisseur de sneakers c’est que le mec on le laisse bosser sur tout ce qu’il veut. Il peut faire une AJ1, il sort une Converse...”

Le lâcher prise de Nike associé au génie créatif de Virgil Abloh a donné naissance à cette collaboration unique. Comme tout passionné, Abou Séga est aussi tombé sous le charme : “La Chuck Taylor Off-White, c’est simple, c’est mon seul graal. L’une des rares paires pour lesquelles j’ai participé à toutes les raffles du monde en vain.” Avec THE TEN comme rampe de lancement, on imagine déjà Virgil Abloh dans les cieux reprendre avec son ami Pop Smoke “Shoot for the Stars, Aim for the Moon”.

Virgil Megastore

À la manière d’une énorme boutique des Champs-Élysées, Virgil a su rassembler les gens et mélanger les genres comme personne. Mikado le souligne, ses collaborations incarnent parfaitement cette habilité : “Virgil n’avait pas de limites, son portfolio de collabs est impressionnant : Braun, Mercedes, Nike, Murakami, Evian… il a ouvert les portes pour les prochains designers.” Hyperactif et connu pour avoir des centaines de conversations Whatsapp pour gérer ses différents projets, Virgil n’a eu de cesse de briser des barrières et une collaboration a particulièrement marqué David : “IKEA c’est quelque chose qui a marqué beaucoup de monde parce qu’à ce moment-là on ne voyait pas les collabs avec des éléments hors de la culture aller si loin. Avant c’était inconcevable. Et le jour où tu te dis qu’une chaise, une horloge, un miroir ou un tapis peuvent devenir des éléments de notre culture c’est incroyable. La ‘déco-culture’ n’a jamais autant pop que quand Virgil a fait IKEA.”

Le journaliste Abou Séga voit aussi Abloh comme le détonateur de toute une culture : “Le regain d’intérêt pour les collaborations sneakers x mode, c’est lui. Il a contribué à l’explosion du marché de la revente de sneakers, il a été un acteur indéniable dans la modernisation de plusieurs secteurs culturels que ce soit dans le design, la mode, l’art, les sneakers, la communication…” Mais le rayonnement de Virgil Abloh ne peut se limiter qu’à son œuvre, aussi colossale soit elle. Même arrivé au sommet, comme le logo d’Off-White, le créateur a toujours gardé une main tendue, tout en tirant la culture vers le haut.

Joue la comme Virgil

“Je m’en rappellerai vraiment comme le premier porte-drapeau de la culture urbaine côté mode. Dans la musique, on peut dire que potentiellement Kanye West a eu cet effet-là. Le mainstream a compris à quel point la culture urbaine et tout ce qu’il y avait autour avait de l’importance à partir du moment où il a fait Nike et ensuite il a eu le poste chez Louis Vuitton. Les rappeurs et les créatifs de la culture urbaine avaient encore l’impression de vouloir ouvrir des portes et d’être en dessous de quelque chose, jusqu’à ce que le travail de Virgil ait été de systématiquement tirer la culture vers le haut, aussi loin qu’il allait.” Comme David l’explique parfaitement, Virgil Abloh est l’essence même du team player. Un numéro 10 qui enchaine les passes décisives et qui ne se voit pas briller sans les autres.

Abou poursuit sur cette nomination à la tête de LV et la faculté de Virgil à toujours représenter ses propres valeurs : “La force de Virgil Abloh a été d’incarner le design des communautés afro-américaines. Très engagé, il a réalisé des œuvres protéiformes impactantes pour elles et avec elles. C’est en ça qu’il a influencé et changé la mode. Clairement, un homme noir, pas issu du ‘sérail’ nommé directeur artistique d’une grande maison de luxe a été vécu comme un signal important à l’égard de tous ceux qui ne sont pas encore assez représentés dans la mode.” À la manière d’un éclaireur, Virgil Abloh a exploré des univers longtemps inaccessibles avant de mettre la lumière sur ses troupes.

Une source d’inspiration

Par son travail, ses œuvres, ses valeurs ou tout simplement son aura, Virgil a rayonné sur tous ceux qui ont croisé sa route. Si toute une génération de créatifs a été influencée par Kanye West, il en est de même pour Virgil. Mikado acquiesce : “Virgil Abloh a montré qu’on pouvait réussir sans forcement avoir un background ou faire des études de fashion designer et ça c’est inspirant ! Il a su faire tomber les barrières et exprimer son art comme il l’entendait.” À coups de “samples” et de “remixes” comme le créateur avait à cœur de le répéter, il a inspiré et fédéré comme personne auparavant. “Ses réalisations sont un vaste sample de ses influences, elles sonnent comme une certaine réconciliation entre le luxe et le streetwear”, poursuit même Abou Séga.

David se souvient quant à lui de la disponibilité du créateur, à chaque fois qu’il l'a rencontré : “Dès que j’ai rencontré Virgil en 2015, c’était grave cool comme expérience. Il était toujours d’une simplicité et d’une humilité assez incroyable. À l’époque on avait fait un t-shirt'J’ai braqué colette' avec mon meilleur pote et on a eu une vraie conversation avec lui. Il nous a encouragé en nous disant que c’était des petites initiatives comme ça qui allaient nous amener loin. J’ai vraiment que des bons souvenirs de lui.” Et c’est sûrement pour ça que sa disparition a touché autant de monde. La vague de tristesse qui a suivi le décès du créateur témoigne d'ailleurs de l’influence que Virgil Abloh a eu sur le monde.

Virgil Was Here

Véritable boussole de la culture, il est normal que toute une génération se sente perdue après la disparition d'un tel génie. Quand on pose la question de l’après-Virgil à David, il ne peut cacher ses craintes initiales : “Franchement j’ai eu peur au début. Quand le mec qui a ouvert la mer, qui te l’a fait traverser à pied et qui t’a mené dans le désert disparait brusquement, tu te demandes un peu ce que tu vas faire maintenant.” Une comparaison prophétique qui témoigne de la place du créateur dans la culture. Prophète en son temps, Virgil a pris le temps d’adouber ses apôtres et de distiller ses graines pour les regarder fleurir de là-haut. “Virgil a toujours été dans le collectif, et dans ce milieu hyper concurrentiel c’est un mot qui n’est pas si vain que ça”, affirme le journaliste Abou Séga. Cette vision collective et altruiste, selon lui, a profité à “des designers comme Demna Gvsalia chez Balenciaga, qui a pu être installé comme ça parce que Virgil Abloh était passé avant. C’est pour ça qu’il a été important pour la culture.”

Depuis plusieurs années, en parallèle du lancement de son fond caritatif “POST-MODERN”, Virgil Abloh a continué de soutenir les initiatives indépendantes à travers le monde, de Surf Ghana à Corteiz. “Un des derniers posts de Virgil sur son compte Instagram c’est quand même @clint419, c’est incroyable et ça c’est le passage de flambeau”, ajoute David, pour illustrer ce sens du partage. Même s’il “n’y aura jamais un autre Virgil” selon Mikadolo, le ciel parait moins sombre avec la bienveillance du designer de Chicago. Marqué par la disparition de fondateur d’Off-White, David conclut avec un hommage rempli d’espoir : “Son héritage ne peut pas disparaître. L’influence de Virgil sera là tout le temps. On est entre de bonnes mains et c’est grâce à lui.”

Crédit photo : LVMH


Signature


Articles qui pourraient vous intéresser

wethenew-festival-de-cannes-75-édition
Festival de Cannes : ce qu'il ne faut pas manquer cette année

mai 17, 2022

Découvrez les origines, les moments marquants et le déroulé de cette 75ème édition.
Voir l'article entier
wethenew-aj1-travis-scott-reverse
Air Jordan 1 Low OG "Reverse Mocha" x Travis Scott : enfin une date de sortie

mai 17, 2022

Travis Scott enchaîne les bonnes nouvelles et nous dévoile la date de sortie de sa Air Jordan 1 Low "Reverse Mocha".
Voir l'article entier
wethenew-journée-internationale-contre-homophobie-transphobie
Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie : ces asso’ qui aident

mai 17, 2022

SOS Homophobie, Ardhis, Act Up, OUTrans, ces associations œuvrent dans toute la France contre les LGBT phobies. 

Voir l'article entier